mercredi 9 août 2017

L'héritage, de Christopher Paolini

eragon l'heritage christopher paolini


Titre original : Inheritance Cycle

Résumé (du tome 1)
C’est en poursuivant une biche dans la montagne que le jeune Eragon, quinze ans, tombe sur une magnifique pierre bleue, qui s’avère être… un oeuf de dragon ! Fasciné, il l’emporte à Carvahall, le village où il vit pauvrement avec son oncle et son cousin. Il n’imagine pas alors qu’une dragonne, porteuse d’un héritage ancestral, va en éclore…Très vite, la vie d’Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, le jeune homme s’engage dans une quête qui le mènera aux confins de l’empire de l’Alagaësia. Armé de son épée et guidé par les conseils de Brom, le vieux conteur, Eragon va devoir affronter avec sa dragonne les terribles ennemis envoyés par le roi Galbatorix, dont la malveillance démoniaque ne connaît aucune limite.

Mon avis
Il s'agit d'une tétralogie
J'ai beaucoup aimé cette saga. C'était la première fois que je me lançais dans l'univers des dragons, mais cela ne m'a pas plus dérangée, bien au contraire. A la réflexion, je ne crois pas avoir lu d'autres sagas centrées sur ces bestioles volantes. Bref, peu importe.
Les personnages ont tous été très très bien définis. Même s'ils sont très nombreux, tous ont leur propre caractère et une vraie personnalité. Certains sont assez agaçants (coucou Saphira, coucou Roran, coucou Arya), d'autres au contraire sont tellement attachants qu'on a envie de les voir aller loin (coucou Brom, coucou Eragon, coucou Angela). Paolini a réussi à créer un vrai univers en décrivant le monde d'Alagaësia. Il a créé de magnifiques paysages, une histoire et divers peuples qui tentent tant bien que mal de cohabiter sur ces vastes terres. Parmi tous ces peuples, certains étaient déjà connus (par moi, et je suis une référence, n'est-ce pas), comme les humains, les elfes ou encore les nains. D'autres m'étaient alors inconnus, comme les dragonniers, les Ombres ou encore les Ra'zacs. Tous ces peuples ont eux aussi une histoire qui leur est propre, leurs coutumes, leur langue, leur religion…
Dès le premier tome, on est rapidement happé par l’histoire. Le jeune Eragon trouve une drôle de pierre toute lisse qui s’avère être un œuf. Quand un dragon en sort, Eragon n’en croit pas ses yeux. Les dragons ne sont que des êtres inventés par Brom le conteur du village. Personne n’en a vu depuis de très nombreuses années, ils appartiennent aux mythes. Puis quand son village est attaqué, il n’a d’autre choix que de fuir avec Brom et de commencer une formation de dragonnier afin de pouvoir délivrer la terre d’Alagaësia du tyran Galbatorix.

Comme je l’ai déjà dit, j’ai beaucoup aimé cette saga, même si je l’ai trouvé un peu inégale. Le premier tome est passionnant, le deuxième un peu moins avec toute l’aventure de Roran. Enfin, c’était très bien à lire la première fois, mais en relisant je m’ennuie un peu. A mon goût, les tomes 3 et 4 ne sont pas au niveau des premiers même s’ils sont très importants pour l’avancée de l’histoire (en même temps c’est logique, il n’y a que 4 tomes). Si je dois faire une critique, c’est la fin de l’histoire. Je ne l’ai pas aimée. Il y a eu un grand moment d’attente entre le tome 3 et le tome 4, du coup je m’étais imaginer plein de choses qui ne se sont pas avérées vraies.

Spoilers (surlignez la suite)
Pour moi, Murtagh devait mourir. Dans un camp comme dans l’autre (même si j’espérais qu’il s’allie de nouveau avec Eragon), il devait mourir. Mais là non. Il est amoureux, donc son Nom a changé donc le roi n’a plus d’emprise sur lui. Sérieusement ? Et afin de se remettre, il s’exile tranquillement avec son dragon. Puis ensuite, Arya est la quatrième dragonnière, comme par hasard. Et en plus, elle devient super forte en très peu de temps, comme si sa formation à elle était vraiment facilitée. Elle finit par avouer ses sentiments à Eragon alors qu’il doit partir et qu’elle a passé 4 tomes à le repousser. Puis Eragon, alors qu’il a tué Galbatorix et sauvé le monde, décide de s’exiler afin de former les futurs dragonniers sur une île lointaine. Merci bien ça donne envie d’être héroïque.
Bref, j’ai trouvé cette fin un peu trop facile avec son happy ending (mitigé pour Eragon).

Autre
Un film a été adapté du premier tome, mais trop de passages importants ont été rognés donc ce n’était pas possible de faire une suite. Et on ne va pas se mentir, c’était assez un massacre.
 De plus, joie dans mon coeur, un tome 5 va voir le jour. On ne sait pas quand, mais Paolini a annoncé qu'il écrirait une suite !

vendredi 28 juillet 2017

Les ailes d'émeraude, d'Alexiane de Lys

les ailes d'émeraude alexiane de lys


Résumé (du tome 1)
À 18 ans, Cassiopée est contrainte de quitter l’orphelinat dans lequel elle vit depuis ses 6 ans. Seule au monde, l’adolescente est lâchée dans la ville. Alors qu’elle vient de se faire violemment agresser par deux inconnus, elle fait la connaissance du mystérieux et séduisant Gabriel. Grâce à lui, Cassiopée découvre sa véritable nature : elle fait partie des Myrmes, un peuple ailé doté d’incroyables pouvoirs sensoriels…

Mon avis
Il s'agit d'une trilogie. Pour le moment je n'ai lu que le premier tome, donc j'actualiserai cet article une fois que j'aurai tout fini de lire.
J'ai beaucoup aimé ce premier tome. On s'attache très rapidement à l'héroïne, Cassiopée. Elle n'est pas parfaite et le dit elle-même. Ce qui est bien, c'est qu'elle a son caractère et a une bonne répartie (on dirait moi hihihi). Elle n'est pas le genre demoiselle en détresse sans pour autant être une ninja super-combattante. L'intrigue de l'histoire démarre assez vite et sans qu'on est le temps de se demander comment et pourquoi, on est happé dans l'intrigue. Sans m'en rendre compte, j'ai avancé très vite. Pour un premier roman, Alexiane de Lys a fait fort, bravo à elle ! Elle a réussi à ancrer une part de fantastique dans le monde que nous connaissons, ce qui nous pousse à nous demander "et si elle avait raison ? Et si tout ce qu'elle décrit est vrai ?". Bon, je n'ai plus 10 ans, et même si j'ai encore l'espoir de recevoir un jour ma lettre pour Poudlard, je sais bien que ce n'est qu'une histoire inventée. Mais c'est une histoire qui fait rêver.
Les personnages sont dans l’ensemble tous très bien définis, mais hélas (parce que oui, je suis comme ma mère, j'ai presque toujours un truc à critiquer), je trouve qu'ils sont pour certains un peu trop caricaturaux : le beau brun ténébreux et torturé, le beau gosse super sympa et prévenant, la jolie fille totalement peste qui va s'en prendre à l'héroïne et la bande de copain. C'est du déjà vu, que ce soit dans les livres, les films ou les séries, mais d'un autre côté, c'est assez compliqué d'inventer de nouveaux personnages. Tout a déjà été fait. Et pour rester dans les critiques (une petite dernière, après j'arrête, promis), certains faits importants étaient un peu trop prévisibles à mon goûts :

Spoiler (surlignez la suite)
Le fait que Cassiopée finisse avec Gabriel et non Camille était totalement évident. Dès le début je le voyais venir.
Je sentais venir aussi la trahison de Camille (sans pour autant extrapoler sur sa lignée familiale), et j'avais deviné que la mère de Cassiopée était une Myrme. Je n'étais pas allée jusqu'à prédire qui était son père, mais je n'étais pas plus étonnée que cela.

Pour conclure, même si je n'ai pas achevé la saga, je vous la conseille fortement. Je ne peux pas me prononcer pour les tomes deux et trois, mais s'ils sont ) la hauteur de ce premier tome, alors vous ne perdrez ni vote temps ni votre argent en vous plongeant dans ces livres.

jeudi 27 juillet 2017

Multiversum, de Leonardo Patrignani

multiversum leonardo patrignani


Titre original : Multiversum

Résumé (du tome 1)
Alex vit en Italie, Jenny en Australie. Ils ont seize ans. Un lien subtil les unit depuis toujours : un dialogue télépathique qui surgit sans prévenir, dans un état d'inconscience. Jusqu'au moment où les adolescents décident de se rencontrer pour la première fois. Mais le jour de leur rendez-vous, ils sont là tous les deux au même endroit, cependant ils ne peuvent se voir... Ils découvrent qu'il existe une infinité d'univers parallèles et que la réalité qui les entoure n'est qu'une de ses multiples dimensions. Une vérité qui bouscule totalement leur existence, détruisant toute certitude sur leur monde. Comment Alex et Jenny pourront-ils se retrouver pour vivre leur amour ? Alors même que leur destin semble lié à celui, inéluctable, de la Terre...

 Mon avis
Je n'ai pas réussi à fini la saga. Dès le départ, je savais que j'allais avoir du mal avec le concept d'univers parallèles. J'ai toujours fait un blocage avec ce concept car je trouve que ça devient trop vite beaucoup trop compliqué pour mes 5 pauvres neurones. Cependant, j'ai lu énormément de bonnes critiques pour cette trilogie, donc j'ai quand même voulu essayé.
J'ai beaucoup aimé le premier tome. Il n'était pas trop compliqué à comprendre (pour moi) car il n'y a pas 20000 univers parallèles, donc j'ai pu suivre sans trop de difficulté. L'histoire est assez prenante. Alex vit en Italie et Jenny en Australie. Ils ne se sont jamais vus. Et pourtant ils communiquent ensembles. Non par téléphone mais par la pensée.Quand Alex fugue pour retrouver Jenny, tout se complique pour eux. Ils se trouvent tous les deux sur la même place, mais ne se voient pas. Ils appartiennent à deux univers différents. Comment font-ils pour communiquer et surtout comment arriveront-ils enfin à se voir ? Et comme si tout cela ne suffisait, ils doivent aussi trouver de survivre ensemble à la fin du monde. En effet, une comète arrive à toute vitesse sur la Terre pour la détruire.
En revanche, j'ai beaucoup moins aimé le deuxième tome. Il y a trop d'univers en parallèle et au final, je ne savais plus où j'en étais. Les souvenirs de tel personnage sont-ils vraiment les siens ou proviennent-ils de son alter ego ? On passe d'un souvenir à un autre voir même aux souvenirs des proches de nos héros sans que l'histoire avance pour autant. C'est devenu trop compliqué et trop lent pour moi donc j'ai totalement décroché.

Attention, hein, je ne dis pas que la trilogie n'est pas bien. Je dis juste que ce n'est pas le genre d'histoires auquel j'accroche habituelle et cette saga n'a pas déroger à la règle. C'est bien dommage car j'étais toute fière d'avoir fini le premier tome.

mardi 25 juillet 2017

Ouragan sur la riviera, de Sandra Nelson

ouragan sur la lac sandra nelson


Résumé
Catapultée dans le sud de la France pour suivre un homme qu’elle croit parfait,
Iphigénie, auteure et parisienne de la tête jusqu’au bout de ses stilettos, se retrouve seule à écrire un livre sur le bonheur, en automne, dans une station balnéaire dépeuplée. Cette adepte de la pensée positive broie du noir et ne parvient plus à écrire une ligne. Jusqu’au jour où une de ses voisines suisse et marabout lui ouvre ses chakras. À ceci presque c'est sa libido qu'elle réveille… Et c’est ainsi qu’elle va laisser cours à ses désirs et connaître des aventures rocambolesques sur la Côte d’Azur et Monaco. Elle mènera son enquête sur le bonheur tout terrain, travaux pratiques à l'appui, au hasard de rencontres auprès de voisins loufoques, gourous, riches, trafiquants, artistes ou policiers. Pour comprendre ce qu'est le bonheur et surtout pour se trouver elle-même.
Mais l'amour, le vrai, sous quels traits se cache-t-il ? Son timide voisin, un ténor argentin, un magicien version mafia ukrainienne, ou encore le rustre, mais intrigant Gaétan ?

Mon avis
Bon, je ne vais pas vous mentir, ce n'est pas de la grande littérature mais c'est plutôt le livre parfait à lire sur la plage. Il se lit très facilement, sans prise de tête.  Un brin d'humour, un brin d'amour et un fond policier, tout est réuni pour savourer un bon moment de bronzette sur la plage (ou au chaud sous votre couette, je ne vais pas vous juger).
Iphigénie était un personnage que je m'attendais à détester, mais finalement elle a un petit côté attachant. Elle sait ce qu'elle veut et n'abandonne pas. Elle va jusqu'au bout de ses projets et c'est ça qui la rend attachante. Au début, elle est assez agaçante avec tous ses préjugés de parisienne sur les provinciaux (et je dis ça en tant que "provinciale"). Puis, au fil de ses rencontres, elle change et c'est ça qui rend la lecture agréable : savoir jusqu'où elle va changer. Et dans le fond, je dois avouer que j'étais curieuse de savoir avec qui elle allait finir parmi tous les garçons qu'elle côtoie. Heureusement, toute l'histoire ne tourne pas qu'autour des affaires de coeur (et de cul) d'Iphigénie. Il y a aussi tout une histoire policière sur fond de poissons rares. Je n'en dirai pas plus pour ne pas vous spoiler mais c'est tout aussi amusant à découvrir.
En résumé, ce livre ne rentrera pas forcément dans le top 10 des livres à sauver en cas de fin du monde, mais pour moi il est dans le top 10 des livres à lire tranquillou bilou sur la plage (ou sous votre couette).

jeudi 29 juin 2017

Le Paradis Perdu, de John Milton

le paradis perdu milton


Titre original : Paradise Lost

Résumé
Le Paradis Perdu raconte d'histoire de Lucifer, depuis sa chute en Enfer jusqu'à ce qu'il fasse bannir Adam et Eve du Jardin D'Eden à cause de la pomme. Le Paradis perdu est un poème épique (en vers non rimés) écrit par le poète anglais John Milton.

Mon avis
Je reconnais que de prime abord, ce livre peut faire peur. Poème Epique. Lucifer. Adam & Eve.
Mais j'ai quand même voulu essayer, plus par curiosité qu'autre chose. Je ne vais pas vous mentir, ce n'est pas super facile à lire. Parfois les phrases sont très longues (il s'agit d'un poème, n'allons pas l'oublier) et le style est vraiment vieillot. Mais il n'empêche que c'est super intéressant à lire.
Pourquoi Lucifer s'est-il révolté ? Comment a-t-il été vaincu ? Comment est-il remonté des Enfers ? Comment a-t-il réussi à tenter Eve, puis Adam ? Tout ceci est raconté en 12 parties.
Pour moi, tout est bien écrit et cohérent. On a accusé Milton de "prendre parti" pour Lucifer, mais ce  n'est pas ce que j'ai ressenti. Pour moi, il s'agit plus d'un témoignage, si on peut appeler ça un témoignage. Cependant, après avoir terminé le livre, je me suis quand même demandé qui était le vrai méchant de l'histoire ? Son travail est d'autant plus remarquable qu'étant aveugle, il n'avait plus accès à ses notes et il a tout dicté à ses filles.
Je ne sais plus trop quoi dire d'autre, c'est un livre assez compliqué à critiquer. Je finirai avec une des citations les plus connues : "Mieux vaut régner en enfer que servir au paradis".

samedi 27 mai 2017

Les vampires de Manhattan, de Melissa de la Cruz

les vampires de manhattan melissa de la cruz

Titre original : Blue Bloods

Résumé (du T1)
Il n'y a pas plus glamour que Mimi et son frère Jack au lycée ultra chic Duschene, à New York. Snobs et branchés, ils forment avec leurs amis un club très select.Theodora, qui est plus vintage que Prada, n'est pourtant pas insensible au charme du très sexy Jack. Pourquoi un garçon si populaire s'intéresse-t-il soudain à elle? Quel rapport avec Aggie, une élève retrouvée morte, vidée de son sang? Theodora est déterminée à le découvrir quand apparaît sur sa peau un entrelacs de veines bleutées qui lui glace le sang. Elle non plus n'est pas une fille tout à fait comme les autres...

Mon avis
Il s'agit d'une heptalogie (oui, j'avais envie de caser le mot). Bref, série en 7 tomes. Je sais ce que vous allez dire : "ho non, encore une série sur les vampires y en a marre, c'est nul, au revoir". Oui, j'avoue, encore une série sur les vampires. Il est sorti à peu près en même temps que la saga Twilight, donc ce n'est pas qu'une copie surfant sur la mode vampire. Je trouve que la saga est assez originale car elle propose une explication pour l’existence des vampires autre que créatures obscures/descendant de Dracula... Cette fois les vampires sont les anges déchus ayant suivi Lucifer dans sa révolte. En guise de punition, ils sont condamnés à rester sur Terre, se réincarnant vie après vie. Ils pensent être en sécurité, ils ont amassés des fortunes et ont un nom dans le monde des mortels. Et pourtant une menace refait surface. Une menace très ancienne. Les voilà traqués et tués. Vidés de leur sang, ils ne pourront plus renaître. 
Nous suivons l'histoire de quelques "nouveaux" vampires, des jeunes ados apprenant qui ils sont réellement. Les jumeaux Mimi et Jack, Bliss la nouvelle et Théodora, la paria du lycée. Étant jeune et ne maîtrisant pas leurs pouvoirs, ils sont la cible idéale. Alors que la plupart des adultes refusent de reconnaître le danger, seule la grand-mère de Théodora tire la sonnette d'alarme, en vain. Les sangs d'argent, les tueurs qui les traquent, sont cachés parmi eux. Mais comment les reconnaître ? A qui faire confiance ?
J'ai beaucoup aimé toute la saga. Elle était assez originale et prenante. Chaque fin de tome donne envie de lire la suite. Il n'y a pas de temps mort et heureusement car les tomes ne sont pas bien épais. Certains personnages sont attachant, d'autres moins. Mais ils sont tous très bien développés. Ils ont tous leur propre caractère et chacun a une longue histoire définie siècle après siècle. Tous luttent pour une bonne raison : survivre, garder leur amour, lutter contre leurs pulsions meurtrières...  Cependant, j'ai quelques critiques à faire... Tous les personnages sont trop parfaits : beaux, riches, talentueux, combatifs... Ils n'ont pas de réels défaut, ce qui fait qu'on a du mal à compatir totalement et à s'identifier à eux (en dehors du fait qu'ils sont des vampires). 

Spoilers (surlignez la suite)
Même Mimi présentée comme une peste n'a pas réellement de défaut. L'auteure arrive finalement à la présenter comme quelqu'un de très déterminé et avec un bon cœur.
Je regrette aussi qu'on ne voit pas Bliss pendant 2 tomes et qu'on nous raconte que très rapidement ce qui lui est arrivé pendant qu'elle cherchait les loups.
Et dernière critique : la fin. Tout le monde est heureux. Théodora et Jack, Mimi et Kingsley. Même Oliver trouve l'amour en la personne de la demi-sœur de Théodora.


mercredi 17 mai 2017

Les bannis et les Proscrits, de James Clemens

les bannis et les proscrits jamaes clemens


Titre original : The Banned and the Banished

Résumé (du tome 1)
Par une nuit fatale, dans le merveilleux pays d’Alasea, frappé par une malédiction, trois mages firent un ultime acte de résistance, sacrifiant tout dans l’espoir de préserver le bien.
Cinq cents plus tard, au jour anniversaire de cette nuit sinistre, une petite fille hérite d’un pouvoir perdu depuis longtemps.
Mais avant qu’elle puisse comprendre son terrible don, le Seigneur Noir lance ses monstres ailés pour la capturer et lui rapporter la magie embryonnaire qu’elle détient.
Fuyant les hordes des ténèbres, Elena est précipitée vers une issue terrible… et vers la compagnie d’alliés inattendus. Formant avec eux une bande de parias et de hors-la-loi, elle va tenter de combattre les forces inexorables du mal et de secourir un empire autrefois glorieux…

Mon avis
Il s'agit d'une saga en 5 tomes.
En fait, en relisant le résumé, je m’aperçois qu'aujourd'hui l'histoire ne me tenterait pas du tout. Soit c'est mal exprimé, soit mes goûts ont changé (et pourtant non)...
Tout commence quand en Alasea, les Sor'ciers et Sor'cières sont traqués et assassinés par un terrible mage noir (reprenons le terme) qui cherche à éliminer toute menace. Trois personnes se sacrifient dans l'espoir de pouvoir l'arrêter.
500 ans plus tard, la jeune Elena développe des pouvoirs. Elle est une Sor'cière. La première depuis des siècles. Cet héritage était dans son sang, mais pourquoi se manifeste-t-il maintenant avec elle ? Avant même qu'elle ne comprenne pourquoi sa main est subitement devenue rouge (marque de Sor'cière), ses parents sont assassinés et elle est poursuivie avec son frère. A travers sa fuite, elle rencontrera des compagnons qui se joindront à elle : Er'ril, guerrier errant, Nee'lahn, dernière représentante du peuple des nyphai (êtres sylvestres), Méric, prince elfe à la recherche des descendants de son roi sur l'ancien continent, Fardale & Mogweed, jumeaux métamorphes bloqués dans leur forme actuelle et Tol'chuk, mi-orgre mi-métamorphe rejeté par les siens. A travers leurs pérégrinations, d'autres personnes et peuples se joindront à eux afin de mener la guerre.
L'histoire est racontée de façon étrange. Il est présenté en fait sous forme de manuel scolaire. Avec un simple rappel : "l'auteur est un menteur". Puis vient l'histoire. L'auteur semble avoir connu tout le groupe de rebelles et avoir participer à leur quête. Mais si c'est le cas, l'auteur serait alors âgé de plusieurs centaines d'années. L'auteur met un point d'honneur à tout raconter, sans enjoliver l'histoire. Les personnages sont présentés avec leurs qualités mais aussi leurs défauts. 
J'ai beaucoup aimé cette saga. C'est a deuxième saga fantasy que j'ai lu (la première étant la trilogie Le livre des mots). J'ai très rapidement accroché à l'histoire et au style d'écriture. Je me suis attachée à certains personnages plus qu'à d'autres, mais au final j'étais quand même contente de les retrouver tome après tome. Après ce que je trouve dommage, c'est que certains personnages secondaires ne sont pas très définis. On ne connaît que le strict minimum sur eux. Et d'autres sont présentés toujours avec le même trait de caractère alors qu'ils sont bien plus que cela mais on ne le voit qu'à la toute fin ou qu'au moment opportun.. 

Autre
James Clemens est un pseudonyme. Le vrai nom de l'auteur est Jim Czajkowski. Il utilise plusieurs noms de plume. Sous James Clemens, il a écrit la saga Les Bannis et les Proscrits, et il a commencé Chroniques des Dieux. Il n'y a que 2 tomes pour le moment, mais j'ai bon espoir de lire la suite un jour (même si ça fait 10 ans qu'il est en pause sur la saga...).
Il est plus prolifique sous le pseudonyme James Rollins. Il a écrit plusieurs romans d'aventure (Amazonia, Mission Iceberg...), la série des Jake Ranson et la saga Sigma Force (j'en parlerai un jour peut-être).

mercredi 10 mai 2017

Le Comte de Monte-Cristo, d'Alexandre Dumas

monte-cristo dumas


Résumé
« Attendre et espérer », voilà toute la sagesse d'Edmond Dantès. Fier marin sur le point d'être nommé capitaine et d'épouser sa bien-aimée, Mercédès, il est arrêté. Dénoncé comme bonapartiste il est enfermé au château d'If et attendra quatorze ans sa délivrance et sa vengeance. Elle sera terrible. Edmond Dantès est devenu riche et titré. Son vieux compagnon de cellule, l'abbé Faria, en lui révélant son secret, l'a fait comte de Monte-Cristo. Après sa spectaculaire évasion, les fortunes se font et se défont au gré de son implacable volonté. 

 Mon avis
Pour commencer, il faut savoir que c'est un véritable pavé à lire. Mais il ne faut pas se décourager.
Dantès était un brave petit gars au début. Il s'occupait comme il pouvait de son pauvre père et allait enfin pouvoir épouser Mercédès. Alors que la chance lui souriait, la jalousie et la bêtise des hommes l'ont atteint en plein vol. Danglars et Fernand, l'un voulait son nouveau poste de capitaine et l'autre souhaitant épouser Mercédès, complotent afin de le faire passer pour un Bonapartiste. Carderousse, rendu ivre par ces deux hommes, les aidera bien malgré lui et ne les dénoncera pas par lâcheté. Puis, Villefort condamnera Dantès tout en sachant qu'il est innocent pour assouvir ses ambitions et protéger son père. Le pauvre Dantès se retrouve alors emprisonné. 
Il parvint cependant à s'échapper et devient comte de Monte-Cristo. Vient alors le temps de la vengeance. Il va chercher à punir d'une façon ou d'une autre les hommes ayant contribué à détruire sa vie. Il prend son temps, apprend de ses ennemis afin de les frapper là où ce sera le plus douloureux. Cette vengeance viendra donc des dizaines d'années après son enfermement, mais après tout, ne dit-on pas que la vengeance est un plat qui se mange froid ? Cependant, en assouvissant sa vengeance, Dantès sera parfois pris de remords.  
Spoilers (surlignez)  
En effet, il est horrifié par certains actes de M'dame Villefort ne pensant pas qu'elle irait jusque là et il épargne Danglars. Danglars est le seul à "bien" s'en sortir (et encore, tout est relatif) car Fernand et Carderousse sont morts et Villefort est devenu fou.

Si j'ai un reproche à faire au roman, c'est qu'on finit par se perdre dans toutes les intrigues. Jusqu'à l'évasion de Dantès, tout est simple. En revanche, après, une multitude d'intrigues sont développées et j'avais tendance à m'y perdre. On perdait de vue l'histoire de Dantès et on s'éloignait du premier arc narratif. Après, je me doutais bien qu'il y avait une bonne raison au développement de ses intrigues, mais sur le coup, ça me bloquait un peu. Mais au final, toutes ses intrigues ont leur propre fin et on comprend tout. Mais c'est long.

En conclusion, je dirai que c'est un grand classique qu'il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie. Il ne faut pas avoir peur du style d'écriture (qui a vieilli, on ne va pas se mentir) et de la taille du roman. Il s'agit d'une des vengeances les plus connues.

Autre
Il y a eu moult adaptations au cinéma, à la télé, en comédie musicale ou encore en animés. Ces adaptations facilitent l'histoire et sont pour certaines plus linéaires et plus simplifiées.

jeudi 4 mai 2017

Zoo, de James Patterson et Michael Ledwidge



Titre original : Zoo

Résumé
À Los Angeles, deux lions dévorent leur gardien. Dans l'État de New York, des chasseurs sont tués par des ours bruns. En Inde, un éléphant piétine à mort son cornac…
Partout, les bêtes, sauvages et domestiques, se montrent brusquement d'une agressivité inouïe à l'encontre d'une espèce bien particulière : l’homme.
Seul Jackson Oz, docteur en biologie à l’université de Californie, a conscience de la menace : l'humanité court à sa perte. Bientôt la Terre ne sera plus qu'un vaste zoo sans cages, dont les animaux auront pris le contrôle.

Mon avis
J'ai lu le livre après avoir vu la saison 1 de la série adaptée. Et en fait, c'est très différent. Il n'y a que deux personnages en commun, le troisième mourant très rapidement. Après avoir compris que je n'allais pas avoir une retranscription de la série, je me suis mise dans l'histoire et j'ai bien aimé. Tout est très bien amené. Les animaux ne deviennent pas sauvages et dangereux tous en même temps. Le changement se fait de façon très lente au début, presque imperceptible. Quand Jackson Oz tire la sonnette d'alarme, personne ne le croit, et pourtant le changement est là. Qui pourrait croire que l'adorable Mr Lapin va venir vous ronger le nez ou que Medor vous préférera à ses croquettes ?  Il entreprend plusieurs voyages à travers le monde pour essayer de prouver ses dires et surtout pour comprendre comment tout a commencé.
L'histoire se déroule sur plusieurs années. Il y a un début, quand les animaux commencent à changer et un après, quand le danger est connu de tous. Les enjeux de Jackson sont donc différents. Dans un premier temps, essayer de prévenir le monde et dans un deuxième temps, trouver un remède pour que les animaux et les hommes puissent à nouveau cohabiter. 
J'ai bien aimé la conclusion de l'histoire. Comment tout se termine et quelle solution est apportée. 

Autre
Une série TV a été adaptée du roman. Pour le moment il y a 2 saisons, la troisième commencera en juin 2017.

dimanche 30 avril 2017

Les carnets de Griffin, de Steven Gould

jumper griffin steven gould


Titre original : Griffin's story

Résumé
Et si vous pouviez vous téléporter, aller n'importe où dans le monde ? Que feriez-vous ? Où iriez-vous ? Chaque pouvoir a son revers, une face sombre avec laquelle il faut compter. Griffin O'Connor le sait bien : depuis la découverte de son pouvoir, lorsqu'il avait 5 ans, ses parents n'ont eu de cesse de lui apprendre à le dissimuler et l'ont entraîné en secret. Jusqu'à l'âge de 13 ans. Là, Griffin commet une erreur, une seule. Mais qui sera fatale à ceux qu'il aime... Désormais, son seul objectif est de rester en vie. Et de prendre sa revanche sur ceux qui ont décidé de le tuer, lui et tous les autres jumpers. Les Carnets de Griffin ont été écrit spécialement pour le film Jumper. Il met en scène le personnage de Griffin O'Connor, un jumper, avant qu'il ne rencontre David, le héros de Jumper et Reflex, et ne combatte à ses côtés.

Mon avis
J'ai beaucoup aimé ce tome. Peut-être plus que le T1 de Jumper où l'on découvrait David.
Les Carnets de Griffin a été écrit après la sortie du film, par Steven Gould. On y découvre l'histoire de Griffin, personnage qui n'existait pas dans les livres Jumper. On y découvre son enfance et surtout comment il en est arrivé à vivre seul, à fuir les Paladins et surtout à les tuer. L'histoire de Griffin n'est pas toute rose. Il n'a pas le droit à la moindre petite erreur alors qu'il n'est qu'un enfant. Chaque erreur entraînera la mort de ses proches. Au final, Griffin est assez touchant parce qu'il cherche vraiment à bien faire et à mener une vie normale. Mais il est tout le temps rattrapé. Le Griffin du livre n'est pas comme celui du film, mais on devine aisément comment il va le devenir. Il inspire la peine et la compassion. 
En revanche, je pense que l'histoire de Griffin mériterait une suite. Bon, certes, je peux toujours rêver, mais quand même. L'histoire se termine quand il a 16 ans environ (il est dans sa seizième année). Il se retrouve tout seul. Plus d'ami, plus de famille. Il ne doit plus approcher les rares personnes encore en vie parmi ses proches afin de préserver leur sécurité. Il en apprend plus sur les Paladins qui le poursuivent, notamment sur Roland. Le lien avec le film est fait, c'est très bien. Mais c'est tout. Je suis totalement restée sur ma faim. J'aimerais vraiment voir comment il va survivre maintenant qu'il a changé radicalement de vie : il tue ses poursuivants et il ne s'autorise plus aucun affect. Un deuxième tome à son histoire aurait permis de l'amener directement jusqu'à sa rencontre avec David et donc jusqu'au film. C'est ça qui est vraiment dommage. Ce roman a été écrit pour coller au film, mais au final, il n'y a qu'une dizaine de page permettant de faire le lien.

Autre
Je l'ai déjà dit, mais l'histoire de Griffin se poursuit dans le film Jumper, avec David le héro de la saga.