mercredi 9 août 2017

L'héritage, de Christopher Paolini

eragon l'heritage christopher paolini


Titre original : Inheritance Cycle

Résumé (du tome 1)
C’est en poursuivant une biche dans la montagne que le jeune Eragon, quinze ans, tombe sur une magnifique pierre bleue, qui s’avère être… un oeuf de dragon ! Fasciné, il l’emporte à Carvahall, le village où il vit pauvrement avec son oncle et son cousin. Il n’imagine pas alors qu’une dragonne, porteuse d’un héritage ancestral, va en éclore…Très vite, la vie d’Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, le jeune homme s’engage dans une quête qui le mènera aux confins de l’empire de l’Alagaësia. Armé de son épée et guidé par les conseils de Brom, le vieux conteur, Eragon va devoir affronter avec sa dragonne les terribles ennemis envoyés par le roi Galbatorix, dont la malveillance démoniaque ne connaît aucune limite.

Mon avis
Il s'agit d'une tétralogie
J'ai beaucoup aimé cette saga. C'était la première fois que je me lançais dans l'univers des dragons, mais cela ne m'a pas plus dérangée, bien au contraire. A la réflexion, je ne crois pas avoir lu d'autres sagas centrées sur ces bestioles volantes. Bref, peu importe.
Les personnages ont tous été très très bien définis. Même s'ils sont très nombreux, tous ont leur propre caractère et une vraie personnalité. Certains sont assez agaçants (coucou Saphira, coucou Roran, coucou Arya), d'autres au contraire sont tellement attachants qu'on a envie de les voir aller loin (coucou Brom, coucou Eragon, coucou Angela). Paolini a réussi à créer un vrai univers en décrivant le monde d'Alagaësia. Il a créé de magnifiques paysages, une histoire et divers peuples qui tentent tant bien que mal de cohabiter sur ces vastes terres. Parmi tous ces peuples, certains étaient déjà connus (par moi, et je suis une référence, n'est-ce pas), comme les humains, les elfes ou encore les nains. D'autres m'étaient alors inconnus, comme les dragonniers, les Ombres ou encore les Ra'zacs. Tous ces peuples ont eux aussi une histoire qui leur est propre, leurs coutumes, leur langue, leur religion…
Dès le premier tome, on est rapidement happé par l’histoire. Le jeune Eragon trouve une drôle de pierre toute lisse qui s’avère être un œuf. Quand un dragon en sort, Eragon n’en croit pas ses yeux. Les dragons ne sont que des êtres inventés par Brom le conteur du village. Personne n’en a vu depuis de très nombreuses années, ils appartiennent aux mythes. Puis quand son village est attaqué, il n’a d’autre choix que de fuir avec Brom et de commencer une formation de dragonnier afin de pouvoir délivrer la terre d’Alagaësia du tyran Galbatorix.

Comme je l’ai déjà dit, j’ai beaucoup aimé cette saga, même si je l’ai trouvé un peu inégale. Le premier tome est passionnant, le deuxième un peu moins avec toute l’aventure de Roran. Enfin, c’était très bien à lire la première fois, mais en relisant je m’ennuie un peu. A mon goût, les tomes 3 et 4 ne sont pas au niveau des premiers même s’ils sont très importants pour l’avancée de l’histoire (en même temps c’est logique, il n’y a que 4 tomes). Si je dois faire une critique, c’est la fin de l’histoire. Je ne l’ai pas aimée. Il y a eu un grand moment d’attente entre le tome 3 et le tome 4, du coup je m’étais imaginer plein de choses qui ne se sont pas avérées vraies.

Spoilers (surlignez la suite)
Pour moi, Murtagh devait mourir. Dans un camp comme dans l’autre (même si j’espérais qu’il s’allie de nouveau avec Eragon), il devait mourir. Mais là non. Il est amoureux, donc son Nom a changé donc le roi n’a plus d’emprise sur lui. Sérieusement ? Et afin de se remettre, il s’exile tranquillement avec son dragon. Puis ensuite, Arya est la quatrième dragonnière, comme par hasard. Et en plus, elle devient super forte en très peu de temps, comme si sa formation à elle était vraiment facilitée. Elle finit par avouer ses sentiments à Eragon alors qu’il doit partir et qu’elle a passé 4 tomes à le repousser. Puis Eragon, alors qu’il a tué Galbatorix et sauvé le monde, décide de s’exiler afin de former les futurs dragonniers sur une île lointaine. Merci bien ça donne envie d’être héroïque.
Bref, j’ai trouvé cette fin un peu trop facile avec son happy ending (mitigé pour Eragon).

Autre
Un film a été adapté du premier tome, mais trop de passages importants ont été rognés donc ce n’était pas possible de faire une suite. Et on ne va pas se mentir, c’était assez un massacre.
 De plus, joie dans mon coeur, un tome 5 va voir le jour. On ne sait pas quand, mais Paolini a annoncé qu'il écrirait une suite !

vendredi 28 juillet 2017

Les ailes d'émeraude, d'Alexiane de Lys

les ailes d'émeraude alexiane de lys


Résumé (du tome 1)
À 18 ans, Cassiopée est contrainte de quitter l’orphelinat dans lequel elle vit depuis ses 6 ans. Seule au monde, l’adolescente est lâchée dans la ville. Alors qu’elle vient de se faire violemment agresser par deux inconnus, elle fait la connaissance du mystérieux et séduisant Gabriel. Grâce à lui, Cassiopée découvre sa véritable nature : elle fait partie des Myrmes, un peuple ailé doté d’incroyables pouvoirs sensoriels…

Mon avis
Il s'agit d'une trilogie. Pour le moment je n'ai lu que le premier tome, donc j'actualiserai cet article une fois que j'aurai tout fini de lire.
J'ai beaucoup aimé ce premier tome. On s'attache très rapidement à l'héroïne, Cassiopée. Elle n'est pas parfaite et le dit elle-même. Ce qui est bien, c'est qu'elle a son caractère et a une bonne répartie (on dirait moi hihihi). Elle n'est pas le genre demoiselle en détresse sans pour autant être une ninja super-combattante. L'intrigue de l'histoire démarre assez vite et sans qu'on est le temps de se demander comment et pourquoi, on est happé dans l'intrigue. Sans m'en rendre compte, j'ai avancé très vite. Pour un premier roman, Alexiane de Lys a fait fort, bravo à elle ! Elle a réussi à ancrer une part de fantastique dans le monde que nous connaissons, ce qui nous pousse à nous demander "et si elle avait raison ? Et si tout ce qu'elle décrit est vrai ?". Bon, je n'ai plus 10 ans, et même si j'ai encore l'espoir de recevoir un jour ma lettre pour Poudlard, je sais bien que ce n'est qu'une histoire inventée. Mais c'est une histoire qui fait rêver.
Les personnages sont dans l’ensemble tous très bien définis, mais hélas (parce que oui, je suis comme ma mère, j'ai presque toujours un truc à critiquer), je trouve qu'ils sont pour certains un peu trop caricaturaux : le beau brun ténébreux et torturé, le beau gosse super sympa et prévenant, la jolie fille totalement peste qui va s'en prendre à l'héroïne et la bande de copain. C'est du déjà vu, que ce soit dans les livres, les films ou les séries, mais d'un autre côté, c'est assez compliqué d'inventer de nouveaux personnages. Tout a déjà été fait. Et pour rester dans les critiques (une petite dernière, après j'arrête, promis), certains faits importants étaient un peu trop prévisibles à mon goûts :

Spoiler (surlignez la suite)
Le fait que Cassiopée finisse avec Gabriel et non Camille était totalement évident. Dès le début je le voyais venir.
Je sentais venir aussi la trahison de Camille (sans pour autant extrapoler sur sa lignée familiale), et j'avais deviné que la mère de Cassiopée était une Myrme. Je n'étais pas allée jusqu'à prédire qui était son père, mais je n'étais pas plus étonnée que cela.

Pour conclure, même si je n'ai pas achevé la saga, je vous la conseille fortement. Je ne peux pas me prononcer pour les tomes deux et trois, mais s'ils sont ) la hauteur de ce premier tome, alors vous ne perdrez ni vote temps ni votre argent en vous plongeant dans ces livres.

jeudi 27 juillet 2017

Multiversum, de Leonardo Patrignani

multiversum leonardo patrignani


Titre original : Multiversum

Résumé (du tome 1)
Alex vit en Italie, Jenny en Australie. Ils ont seize ans. Un lien subtil les unit depuis toujours : un dialogue télépathique qui surgit sans prévenir, dans un état d'inconscience. Jusqu'au moment où les adolescents décident de se rencontrer pour la première fois. Mais le jour de leur rendez-vous, ils sont là tous les deux au même endroit, cependant ils ne peuvent se voir... Ils découvrent qu'il existe une infinité d'univers parallèles et que la réalité qui les entoure n'est qu'une de ses multiples dimensions. Une vérité qui bouscule totalement leur existence, détruisant toute certitude sur leur monde. Comment Alex et Jenny pourront-ils se retrouver pour vivre leur amour ? Alors même que leur destin semble lié à celui, inéluctable, de la Terre...

 Mon avis
Je n'ai pas réussi à fini la saga. Dès le départ, je savais que j'allais avoir du mal avec le concept d'univers parallèles. J'ai toujours fait un blocage avec ce concept car je trouve que ça devient trop vite beaucoup trop compliqué pour mes 5 pauvres neurones. Cependant, j'ai lu énormément de bonnes critiques pour cette trilogie, donc j'ai quand même voulu essayé.
J'ai beaucoup aimé le premier tome. Il n'était pas trop compliqué à comprendre (pour moi) car il n'y a pas 20000 univers parallèles, donc j'ai pu suivre sans trop de difficulté. L'histoire est assez prenante. Alex vit en Italie et Jenny en Australie. Ils ne se sont jamais vus. Et pourtant ils communiquent ensembles. Non par téléphone mais par la pensée.Quand Alex fugue pour retrouver Jenny, tout se complique pour eux. Ils se trouvent tous les deux sur la même place, mais ne se voient pas. Ils appartiennent à deux univers différents. Comment font-ils pour communiquer et surtout comment arriveront-ils enfin à se voir ? Et comme si tout cela ne suffisait, ils doivent aussi trouver de survivre ensemble à la fin du monde. En effet, une comète arrive à toute vitesse sur la Terre pour la détruire.
En revanche, j'ai beaucoup moins aimé le deuxième tome. Il y a trop d'univers en parallèle et au final, je ne savais plus où j'en étais. Les souvenirs de tel personnage sont-ils vraiment les siens ou proviennent-ils de son alter ego ? On passe d'un souvenir à un autre voir même aux souvenirs des proches de nos héros sans que l'histoire avance pour autant. C'est devenu trop compliqué et trop lent pour moi donc j'ai totalement décroché.

Attention, hein, je ne dis pas que la trilogie n'est pas bien. Je dis juste que ce n'est pas le genre d'histoires auquel j'accroche habituelle et cette saga n'a pas déroger à la règle. C'est bien dommage car j'étais toute fière d'avoir fini le premier tome.

mardi 25 juillet 2017

Ouragan sur la riviera, de Sandra Nelson

ouragan sur la lac sandra nelson


Résumé
Catapultée dans le sud de la France pour suivre un homme qu’elle croit parfait,
Iphigénie, auteure et parisienne de la tête jusqu’au bout de ses stilettos, se retrouve seule à écrire un livre sur le bonheur, en automne, dans une station balnéaire dépeuplée. Cette adepte de la pensée positive broie du noir et ne parvient plus à écrire une ligne. Jusqu’au jour où une de ses voisines suisse et marabout lui ouvre ses chakras. À ceci presque c'est sa libido qu'elle réveille… Et c’est ainsi qu’elle va laisser cours à ses désirs et connaître des aventures rocambolesques sur la Côte d’Azur et Monaco. Elle mènera son enquête sur le bonheur tout terrain, travaux pratiques à l'appui, au hasard de rencontres auprès de voisins loufoques, gourous, riches, trafiquants, artistes ou policiers. Pour comprendre ce qu'est le bonheur et surtout pour se trouver elle-même.
Mais l'amour, le vrai, sous quels traits se cache-t-il ? Son timide voisin, un ténor argentin, un magicien version mafia ukrainienne, ou encore le rustre, mais intrigant Gaétan ?

Mon avis
Bon, je ne vais pas vous mentir, ce n'est pas de la grande littérature mais c'est plutôt le livre parfait à lire sur la plage. Il se lit très facilement, sans prise de tête.  Un brin d'humour, un brin d'amour et un fond policier, tout est réuni pour savourer un bon moment de bronzette sur la plage (ou au chaud sous votre couette, je ne vais pas vous juger).
Iphigénie était un personnage que je m'attendais à détester, mais finalement elle a un petit côté attachant. Elle sait ce qu'elle veut et n'abandonne pas. Elle va jusqu'au bout de ses projets et c'est ça qui la rend attachante. Au début, elle est assez agaçante avec tous ses préjugés de parisienne sur les provinciaux (et je dis ça en tant que "provinciale"). Puis, au fil de ses rencontres, elle change et c'est ça qui rend la lecture agréable : savoir jusqu'où elle va changer. Et dans le fond, je dois avouer que j'étais curieuse de savoir avec qui elle allait finir parmi tous les garçons qu'elle côtoie. Heureusement, toute l'histoire ne tourne pas qu'autour des affaires de coeur (et de cul) d'Iphigénie. Il y a aussi tout une histoire policière sur fond de poissons rares. Je n'en dirai pas plus pour ne pas vous spoiler mais c'est tout aussi amusant à découvrir.
En résumé, ce livre ne rentrera pas forcément dans le top 10 des livres à sauver en cas de fin du monde, mais pour moi il est dans le top 10 des livres à lire tranquillou bilou sur la plage (ou sous votre couette).

jeudi 29 juin 2017

Le Paradis Perdu, de John Milton

le paradis perdu milton


Titre original : Paradise Lost

Résumé
Le Paradis Perdu raconte d'histoire de Lucifer, depuis sa chute en Enfer jusqu'à ce qu'il fasse bannir Adam et Eve du Jardin D'Eden à cause de la pomme. Le Paradis perdu est un poème épique (en vers non rimés) écrit par le poète anglais John Milton.

Mon avis
Je reconnais que de prime abord, ce livre peut faire peur. Poème Epique. Lucifer. Adam & Eve.
Mais j'ai quand même voulu essayer, plus par curiosité qu'autre chose. Je ne vais pas vous mentir, ce n'est pas super facile à lire. Parfois les phrases sont très longues (il s'agit d'un poème, n'allons pas l'oublier) et le style est vraiment vieillot. Mais il n'empêche que c'est super intéressant à lire.
Pourquoi Lucifer s'est-il révolté ? Comment a-t-il été vaincu ? Comment est-il remonté des Enfers ? Comment a-t-il réussi à tenter Eve, puis Adam ? Tout ceci est raconté en 12 parties.
Pour moi, tout est bien écrit et cohérent. On a accusé Milton de "prendre parti" pour Lucifer, mais ce  n'est pas ce que j'ai ressenti. Pour moi, il s'agit plus d'un témoignage, si on peut appeler ça un témoignage. Cependant, après avoir terminé le livre, je me suis quand même demandé qui était le vrai méchant de l'histoire ? Son travail est d'autant plus remarquable qu'étant aveugle, il n'avait plus accès à ses notes et il a tout dicté à ses filles.
Je ne sais plus trop quoi dire d'autre, c'est un livre assez compliqué à critiquer. Je finirai avec une des citations les plus connues : "Mieux vaut régner en enfer que servir au paradis".

samedi 27 mai 2017

Les vampires de Manhattan, de Melissa de la Cruz

les vampires de manhattan melissa de la cruz

Titre original : Blue Bloods

Résumé (du T1)
Il n'y a pas plus glamour que Mimi et son frère Jack au lycée ultra chic Duschene, à New York. Snobs et branchés, ils forment avec leurs amis un club très select.Theodora, qui est plus vintage que Prada, n'est pourtant pas insensible au charme du très sexy Jack. Pourquoi un garçon si populaire s'intéresse-t-il soudain à elle? Quel rapport avec Aggie, une élève retrouvée morte, vidée de son sang? Theodora est déterminée à le découvrir quand apparaît sur sa peau un entrelacs de veines bleutées qui lui glace le sang. Elle non plus n'est pas une fille tout à fait comme les autres...

Mon avis
Il s'agit d'une heptalogie (oui, j'avais envie de caser le mot). Bref, série en 7 tomes. Je sais ce que vous allez dire : "ho non, encore une série sur les vampires y en a marre, c'est nul, au revoir". Oui, j'avoue, encore une série sur les vampires. Il est sorti à peu près en même temps que la saga Twilight, donc ce n'est pas qu'une copie surfant sur la mode vampire. Je trouve que la saga est assez originale car elle propose une explication pour l’existence des vampires autre que créatures obscures/descendant de Dracula... Cette fois les vampires sont les anges déchus ayant suivi Lucifer dans sa révolte. En guise de punition, ils sont condamnés à rester sur Terre, se réincarnant vie après vie. Ils pensent être en sécurité, ils ont amassés des fortunes et ont un nom dans le monde des mortels. Et pourtant une menace refait surface. Une menace très ancienne. Les voilà traqués et tués. Vidés de leur sang, ils ne pourront plus renaître. 
Nous suivons l'histoire de quelques "nouveaux" vampires, des jeunes ados apprenant qui ils sont réellement. Les jumeaux Mimi et Jack, Bliss la nouvelle et Théodora, la paria du lycée. Étant jeune et ne maîtrisant pas leurs pouvoirs, ils sont la cible idéale. Alors que la plupart des adultes refusent de reconnaître le danger, seule la grand-mère de Théodora tire la sonnette d'alarme, en vain. Les sangs d'argent, les tueurs qui les traquent, sont cachés parmi eux. Mais comment les reconnaître ? A qui faire confiance ?
J'ai beaucoup aimé toute la saga. Elle était assez originale et prenante. Chaque fin de tome donne envie de lire la suite. Il n'y a pas de temps mort et heureusement car les tomes ne sont pas bien épais. Certains personnages sont attachant, d'autres moins. Mais ils sont tous très bien développés. Ils ont tous leur propre caractère et chacun a une longue histoire définie siècle après siècle. Tous luttent pour une bonne raison : survivre, garder leur amour, lutter contre leurs pulsions meurtrières...  Cependant, j'ai quelques critiques à faire... Tous les personnages sont trop parfaits : beaux, riches, talentueux, combatifs... Ils n'ont pas de réels défaut, ce qui fait qu'on a du mal à compatir totalement et à s'identifier à eux (en dehors du fait qu'ils sont des vampires). 

Spoilers (surlignez la suite)
Même Mimi présentée comme une peste n'a pas réellement de défaut. L'auteure arrive finalement à la présenter comme quelqu'un de très déterminé et avec un bon cœur.
Je regrette aussi qu'on ne voit pas Bliss pendant 2 tomes et qu'on nous raconte que très rapidement ce qui lui est arrivé pendant qu'elle cherchait les loups.
Et dernière critique : la fin. Tout le monde est heureux. Théodora et Jack, Mimi et Kingsley. Même Oliver trouve l'amour en la personne de la demi-sœur de Théodora.


mercredi 17 mai 2017

Les bannis et les Proscrits, de James Clemens

les bannis et les proscrits jamaes clemens


Titre original : The Banned and the Banished

Résumé (du tome 1)
Par une nuit fatale, dans le merveilleux pays d’Alasea, frappé par une malédiction, trois mages firent un ultime acte de résistance, sacrifiant tout dans l’espoir de préserver le bien.
Cinq cents plus tard, au jour anniversaire de cette nuit sinistre, une petite fille hérite d’un pouvoir perdu depuis longtemps.
Mais avant qu’elle puisse comprendre son terrible don, le Seigneur Noir lance ses monstres ailés pour la capturer et lui rapporter la magie embryonnaire qu’elle détient.
Fuyant les hordes des ténèbres, Elena est précipitée vers une issue terrible… et vers la compagnie d’alliés inattendus. Formant avec eux une bande de parias et de hors-la-loi, elle va tenter de combattre les forces inexorables du mal et de secourir un empire autrefois glorieux…

Mon avis
Il s'agit d'une saga en 5 tomes.
En fait, en relisant le résumé, je m’aperçois qu'aujourd'hui l'histoire ne me tenterait pas du tout. Soit c'est mal exprimé, soit mes goûts ont changé (et pourtant non)...
Tout commence quand en Alasea, les Sor'ciers et Sor'cières sont traqués et assassinés par un terrible mage noir (reprenons le terme) qui cherche à éliminer toute menace. Trois personnes se sacrifient dans l'espoir de pouvoir l'arrêter.
500 ans plus tard, la jeune Elena développe des pouvoirs. Elle est une Sor'cière. La première depuis des siècles. Cet héritage était dans son sang, mais pourquoi se manifeste-t-il maintenant avec elle ? Avant même qu'elle ne comprenne pourquoi sa main est subitement devenue rouge (marque de Sor'cière), ses parents sont assassinés et elle est poursuivie avec son frère. A travers sa fuite, elle rencontrera des compagnons qui se joindront à elle : Er'ril, guerrier errant, Nee'lahn, dernière représentante du peuple des nyphai (êtres sylvestres), Méric, prince elfe à la recherche des descendants de son roi sur l'ancien continent, Fardale & Mogweed, jumeaux métamorphes bloqués dans leur forme actuelle et Tol'chuk, mi-orgre mi-métamorphe rejeté par les siens. A travers leurs pérégrinations, d'autres personnes et peuples se joindront à eux afin de mener la guerre.
L'histoire est racontée de façon étrange. Il est présenté en fait sous forme de manuel scolaire. Avec un simple rappel : "l'auteur est un menteur". Puis vient l'histoire. L'auteur semble avoir connu tout le groupe de rebelles et avoir participer à leur quête. Mais si c'est le cas, l'auteur serait alors âgé de plusieurs centaines d'années. L'auteur met un point d'honneur à tout raconter, sans enjoliver l'histoire. Les personnages sont présentés avec leurs qualités mais aussi leurs défauts. 
J'ai beaucoup aimé cette saga. C'est a deuxième saga fantasy que j'ai lu (la première étant la trilogie Le livre des mots). J'ai très rapidement accroché à l'histoire et au style d'écriture. Je me suis attachée à certains personnages plus qu'à d'autres, mais au final j'étais quand même contente de les retrouver tome après tome. Après ce que je trouve dommage, c'est que certains personnages secondaires ne sont pas très définis. On ne connaît que le strict minimum sur eux. Et d'autres sont présentés toujours avec le même trait de caractère alors qu'ils sont bien plus que cela mais on ne le voit qu'à la toute fin ou qu'au moment opportun.. 

Autre
James Clemens est un pseudonyme. Le vrai nom de l'auteur est Jim Czajkowski. Il utilise plusieurs noms de plume. Sous James Clemens, il a écrit la saga Les Bannis et les Proscrits, et il a commencé Chroniques des Dieux. Il n'y a que 2 tomes pour le moment, mais j'ai bon espoir de lire la suite un jour (même si ça fait 10 ans qu'il est en pause sur la saga...).
Il est plus prolifique sous le pseudonyme James Rollins. Il a écrit plusieurs romans d'aventure (Amazonia, Mission Iceberg...), la série des Jake Ranson et la saga Sigma Force (j'en parlerai un jour peut-être).

mercredi 10 mai 2017

Le Comte de Monte-Cristo, d'Alexandre Dumas

monte-cristo dumas


Résumé
« Attendre et espérer », voilà toute la sagesse d'Edmond Dantès. Fier marin sur le point d'être nommé capitaine et d'épouser sa bien-aimée, Mercédès, il est arrêté. Dénoncé comme bonapartiste il est enfermé au château d'If et attendra quatorze ans sa délivrance et sa vengeance. Elle sera terrible. Edmond Dantès est devenu riche et titré. Son vieux compagnon de cellule, l'abbé Faria, en lui révélant son secret, l'a fait comte de Monte-Cristo. Après sa spectaculaire évasion, les fortunes se font et se défont au gré de son implacable volonté. 

 Mon avis
Pour commencer, il faut savoir que c'est un véritable pavé à lire. Mais il ne faut pas se décourager.
Dantès était un brave petit gars au début. Il s'occupait comme il pouvait de son pauvre père et allait enfin pouvoir épouser Mercédès. Alors que la chance lui souriait, la jalousie et la bêtise des hommes l'ont atteint en plein vol. Danglars et Fernand, l'un voulait son nouveau poste de capitaine et l'autre souhaitant épouser Mercédès, complotent afin de le faire passer pour un Bonapartiste. Carderousse, rendu ivre par ces deux hommes, les aidera bien malgré lui et ne les dénoncera pas par lâcheté. Puis, Villefort condamnera Dantès tout en sachant qu'il est innocent pour assouvir ses ambitions et protéger son père. Le pauvre Dantès se retrouve alors emprisonné. 
Il parvint cependant à s'échapper et devient comte de Monte-Cristo. Vient alors le temps de la vengeance. Il va chercher à punir d'une façon ou d'une autre les hommes ayant contribué à détruire sa vie. Il prend son temps, apprend de ses ennemis afin de les frapper là où ce sera le plus douloureux. Cette vengeance viendra donc des dizaines d'années après son enfermement, mais après tout, ne dit-on pas que la vengeance est un plat qui se mange froid ? Cependant, en assouvissant sa vengeance, Dantès sera parfois pris de remords.  
Spoilers (surlignez)  
En effet, il est horrifié par certains actes de M'dame Villefort ne pensant pas qu'elle irait jusque là et il épargne Danglars. Danglars est le seul à "bien" s'en sortir (et encore, tout est relatif) car Fernand et Carderousse sont morts et Villefort est devenu fou.

Si j'ai un reproche à faire au roman, c'est qu'on finit par se perdre dans toutes les intrigues. Jusqu'à l'évasion de Dantès, tout est simple. En revanche, après, une multitude d'intrigues sont développées et j'avais tendance à m'y perdre. On perdait de vue l'histoire de Dantès et on s'éloignait du premier arc narratif. Après, je me doutais bien qu'il y avait une bonne raison au développement de ses intrigues, mais sur le coup, ça me bloquait un peu. Mais au final, toutes ses intrigues ont leur propre fin et on comprend tout. Mais c'est long.

En conclusion, je dirai que c'est un grand classique qu'il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie. Il ne faut pas avoir peur du style d'écriture (qui a vieilli, on ne va pas se mentir) et de la taille du roman. Il s'agit d'une des vengeances les plus connues.

Autre
Il y a eu moult adaptations au cinéma, à la télé, en comédie musicale ou encore en animés. Ces adaptations facilitent l'histoire et sont pour certaines plus linéaires et plus simplifiées.

jeudi 4 mai 2017

Zoo, de James Patterson et Michael Ledwidge



Titre original : Zoo

Résumé
À Los Angeles, deux lions dévorent leur gardien. Dans l'État de New York, des chasseurs sont tués par des ours bruns. En Inde, un éléphant piétine à mort son cornac…
Partout, les bêtes, sauvages et domestiques, se montrent brusquement d'une agressivité inouïe à l'encontre d'une espèce bien particulière : l’homme.
Seul Jackson Oz, docteur en biologie à l’université de Californie, a conscience de la menace : l'humanité court à sa perte. Bientôt la Terre ne sera plus qu'un vaste zoo sans cages, dont les animaux auront pris le contrôle.

Mon avis
J'ai lu le livre après avoir vu la saison 1 de la série adaptée. Et en fait, c'est très différent. Il n'y a que deux personnages en commun, le troisième mourant très rapidement. Après avoir compris que je n'allais pas avoir une retranscription de la série, je me suis mise dans l'histoire et j'ai bien aimé. Tout est très bien amené. Les animaux ne deviennent pas sauvages et dangereux tous en même temps. Le changement se fait de façon très lente au début, presque imperceptible. Quand Jackson Oz tire la sonnette d'alarme, personne ne le croit, et pourtant le changement est là. Qui pourrait croire que l'adorable Mr Lapin va venir vous ronger le nez ou que Medor vous préférera à ses croquettes ?  Il entreprend plusieurs voyages à travers le monde pour essayer de prouver ses dires et surtout pour comprendre comment tout a commencé.
L'histoire se déroule sur plusieurs années. Il y a un début, quand les animaux commencent à changer et un après, quand le danger est connu de tous. Les enjeux de Jackson sont donc différents. Dans un premier temps, essayer de prévenir le monde et dans un deuxième temps, trouver un remède pour que les animaux et les hommes puissent à nouveau cohabiter. 
J'ai bien aimé la conclusion de l'histoire. Comment tout se termine et quelle solution est apportée. 

Autre
Une série TV a été adaptée du roman. Pour le moment il y a 2 saisons, la troisième commencera en juin 2017.

dimanche 30 avril 2017

Les carnets de Griffin, de Steven Gould

jumper griffin steven gould


Titre original : Griffin's story

Résumé
Et si vous pouviez vous téléporter, aller n'importe où dans le monde ? Que feriez-vous ? Où iriez-vous ? Chaque pouvoir a son revers, une face sombre avec laquelle il faut compter. Griffin O'Connor le sait bien : depuis la découverte de son pouvoir, lorsqu'il avait 5 ans, ses parents n'ont eu de cesse de lui apprendre à le dissimuler et l'ont entraîné en secret. Jusqu'à l'âge de 13 ans. Là, Griffin commet une erreur, une seule. Mais qui sera fatale à ceux qu'il aime... Désormais, son seul objectif est de rester en vie. Et de prendre sa revanche sur ceux qui ont décidé de le tuer, lui et tous les autres jumpers. Les Carnets de Griffin ont été écrit spécialement pour le film Jumper. Il met en scène le personnage de Griffin O'Connor, un jumper, avant qu'il ne rencontre David, le héros de Jumper et Reflex, et ne combatte à ses côtés.

Mon avis
J'ai beaucoup aimé ce tome. Peut-être plus que le T1 de Jumper où l'on découvrait David.
Les Carnets de Griffin a été écrit après la sortie du film, par Steven Gould. On y découvre l'histoire de Griffin, personnage qui n'existait pas dans les livres Jumper. On y découvre son enfance et surtout comment il en est arrivé à vivre seul, à fuir les Paladins et surtout à les tuer. L'histoire de Griffin n'est pas toute rose. Il n'a pas le droit à la moindre petite erreur alors qu'il n'est qu'un enfant. Chaque erreur entraînera la mort de ses proches. Au final, Griffin est assez touchant parce qu'il cherche vraiment à bien faire et à mener une vie normale. Mais il est tout le temps rattrapé. Le Griffin du livre n'est pas comme celui du film, mais on devine aisément comment il va le devenir. Il inspire la peine et la compassion. 
En revanche, je pense que l'histoire de Griffin mériterait une suite. Bon, certes, je peux toujours rêver, mais quand même. L'histoire se termine quand il a 16 ans environ (il est dans sa seizième année). Il se retrouve tout seul. Plus d'ami, plus de famille. Il ne doit plus approcher les rares personnes encore en vie parmi ses proches afin de préserver leur sécurité. Il en apprend plus sur les Paladins qui le poursuivent, notamment sur Roland. Le lien avec le film est fait, c'est très bien. Mais c'est tout. Je suis totalement restée sur ma faim. J'aimerais vraiment voir comment il va survivre maintenant qu'il a changé radicalement de vie : il tue ses poursuivants et il ne s'autorise plus aucun affect. Un deuxième tome à son histoire aurait permis de l'amener directement jusqu'à sa rencontre avec David et donc jusqu'au film. C'est ça qui est vraiment dommage. Ce roman a été écrit pour coller au film, mais au final, il n'y a qu'une dizaine de page permettant de faire le lien.

Autre
Je l'ai déjà dit, mais l'histoire de Griffin se poursuit dans le film Jumper, avec David le héro de la saga.

samedi 29 avril 2017

Illusions perdues, d'Honoré de Balzac

illusions perdues balzac


Résumé
A Angoulême, David Séchard, un jeune poète idéaliste, embauche dans son imprimerie un ami de collège, Lucien Chardon, qui prendra bientôt le nom de sa mère, Rubempré. Poète lui aussi, il bénéficie d'une sorte de gloire locale et fréquente le salon de Louise de Bargeton à qui le lie bientôt une intrigue sentimentale qui fait tant jaser que tous les deux partent pour Paris. Voilà bientôt Lucien lancé dans le monde des lettres aussi bien que de la haute société, mais si Paris est la ville des « gens supérieurs », ce sera également pour lui celle des désillusions.

Mon avis
J'ai pas aimé. Mais vraiment pas. Il était en lecture imposée quand j'étais au lycée et ça a été une vraie torture pour moi. Le livre est décomposé en trois parties et j'ai fait la fête quand j'ai enfin réussi à finir la première. C'est leeeeent. C'est looooooong. Lucien n'apprend pas de ses erreurs et s'acharne à réussir là où personne ne veut de lui. A la limite, ça peut passer une fois, mais quand ça devient répétitif, c'est vraiment lassant. Je crois qu'en fait, le vrai problème de Lucien, c'est qu'il est niais et idéaliste. La combinaison des deux ne va pas du tout. Je n'ai jamais réussi à finir le livre. J'ai même développé une aversion pour Balzac.

Spoiler
Lucien rate sa vie à Paris, rate son parcours professionnel car personne ne veut de lui comme poète en dehors de sa petite ville, rate sa relation amoureuse car Louise le quitte très vite, et il se débrouille même pour rater son suicide. Et même après tout ça, il s'acharne au lieu de rentrer gentiment chez lui. 

J'ai conscience que ma critique est vraiment négative, alors je vais essayer de nuancer un peu. Si l'histoire est lente, c'est qu'en même temps, Balzac dépeint la vie parisienne de l'époque. Alors, oui, ça coupe le rythme du récit déjà lent, mais c'est instructif. L'analyse de l'époque est très poussée, ce qui est un plus pour le récit.

Autre
Le roman a été adapté en film.

Dix petits nègres, d'Agatha Christie

dix petits nègres Agatha Christie


Titre original : Ten Little Niggers / And Then They Were None

Résumé
Dix personnes apparemment sans point commun se retrouvent sur l'île du Nègre, invités par un mystérieux M. Owen, malheureusement absent. Un couple de domestiques, récemment engagé, veille au confort des invités. Sur une table du salon, dix statuettes de nègres. Dans les chambres, une comptine racontant l'élimination minutieuse de dix petits nègres. Après le premier repas, une voix mystérieuse s'élève dans la maison, reprochant à chacun un ou plusieurs crimes. Un des convives s'étrangle et meurt, comme la première victime de la comptine. Une statuette disparaît. Et les morts se succèdent, suivant le texte à la lettre. La psychose monte. Le coupable se cache-t-il dans l'île, parmi les convives ?

Mon avis
J'avais lu Dix Petits Nègres au collège. Et j'avais beaucoup aimé. Depuis je l'ai relu de temps en temps, sans jamais me lassée. Dès le début on est très rapidement dans l'ambiance. On découvre avec chacun des personnages les raisons de leur présence sur l'île. Pour l'un, c'est pour revoir une vieille connaissance, pour l'autre c'est un emploi. Aucun ne se méfie et accepte de se rendre sur cette île isolée. Et dès la première soirée, ils savent qu'il y a un problème. Dès la première soirée, ils sont l'un après l'autre accusé d'un crime qu'ils auraient commis sans jamais en payer le prix. Pour eux, le jour de la punition est arrivée. Et l'un d'entre eux meurt. Puis vient l'heure de la fouille de l'île. Où se cache l'assassin ? Quand il n'est pas trouvé, une question se pose. Existe-t-il des salles secrètes ou l'assassin est-il l'un des convives ? La psychose s'installe.
Tout est très bien amené et rythmé. Dès que la première personne meurt, on ne souffle plus. On veut survivre, comme n'importe lequel des convives. Qui tue tout le monde ? Pourquoi ? Les secours arriveront-ils à temps ?
Spoilers : surlignez les lignes suivantes si vous le voulez
Quand il ne reste plus que deux personnes, l'assassin est forcément parmi eux ? Et pourtant chacun nie. On apprend enfin que l'assassin était là depuis le début. Il a simulé sa mort avec l'aide d'un complice afin de pouvoir ensuite tuer tout le monde plus facilement sans être soupçonné.

Et c'est cette fin qui fait la force de l'histoire. Cette fin originale, inattendue. Une conclusion parfaite à un récit que l'on veut lire le plus vite possible afin de quitter l'Île de Nègre.

Autre
Il y a eu de nombreuses adaptations en films ou en séries TV, plus ou moins réussies. Je n'ai pas tout vu, mais parmi ceux que j'ai pu regarder, j'ai pu constater que certaines adaptations suivent à la perfection le récit, d'autres changent totalement, ou encore une autre qui change juste la fin.

jeudi 27 avril 2017

Intuitions, de Rachel Ward

Intuitions Rachel Ward


Titre original : Numbers

Résumé (du T1)
Jem voit des nombres flotter au-dessus des personnes qu'elle croise : la date de leur mort. Ce don la pousse à s'isoler. Jusqu'au jour où elle rencontre Spider...

Alors qu'ils se promènent ensemble, un phénomène étrange se produit : pourquoi tous les passants ont-ils le même nombre ? Pris de panique, Jem et son ami prennent la fuite. Ils seront les seuls survivants de l'attentat qui va suivre, mais aussi les seuls suspects.

Mais comment Jem peut-elle expliquer les raisons de sa fugue, et surtout, comment ignorer la terrible vérité qu'elle peut lire en Spider ?

Que faire d'un don quand il est maudit ?
  
Mon avis
Il s'agit d'une trilogie. J'ai beaucoup aimé cette série. Tout d'abord viennent Jem et Spider. Jem a fait le choix de rester seule car c'est trop dur pour elle de vivre avec des personnes tout en connaissant la date de leur mort. Pourtant, Spider veut être avec elle. Alors quand elle fuit le lieu d'un futur attentat, Spider part avec elle. Et elle fera tout pour éviter la mort prochaine de son ami tout en voulant échapper à la police. Qui la croirait après tout ?
Puis viennent Adam et Sarah. Adam a le même pouvoir que Jem. Alors quand il voit que la moitié des habitants de sa ville va mourir à la même date, il ne sait pas quoi faire. Prévenir les autorités ? Il n'a aucune preuve. Accompagné de Sarah, il va pourtant essayer de faire quelque chose.
Les personnages sont très touchants. Tous essayer de prévenir les accidents autours d'eux, tout en sachant qu'ils ont peu de chance. Toute la saga est pleine d'émotion sans pour autant entrer dans le drama. Tous les personnages sont bien définis, ils ont chacun leur propre histoire. Ce qui fait leur force, c'est qu'ils n'ont rien d'extraordinaire ou de remarquable, mis à part pour certains, leur faculté. Ils ne sont ni extrêmement riches, ni extrêmement pauvres. Ils n'ont pas vécu d'aventures extraordinaires. Ils sont justes normaux. Et c'est ce qui m'a fait apprécier les livres. Ces personnages auraient pu être n'importe qui. Mes voisins, vous, moi.

samedi 22 avril 2017

Jumper, de Steven Gould

jumper steven gould


Titre original : Jumper

Résumé (du T1)
La vie n'a pas fait de cadeaux à David Rice.
À 17 ans, il est coincé dans l'Ohio avec un père alcoolique et violent, et n'est pas près d'oublier le jour où sa mère les a quittés, quelques années auparavant. Et puis un soir, à l'instant où son père s'apprête une nouvelle fois à le frapper, David se retrouve brusquement téléporté dans la bibliothèque de la ville... Choqué, mais bien décidé à prendre en main son destin, il fuit la maison familiale pour New York.
Seul désormais, David doit apprendre à maîtriser le " jump ". Pour cambrioler une banque ou draguer les filles, c'est génial Mais il comprend bientôt que son pouvoir suscite la convoitise et que, face à cette menace, se téléporter peut surtout lui sauver la vie...

Mon avis
Il y a 4 tomes de sortis, plus un hors série.
Bon bon bon... J'ai lu ce livre biiiiien après avoir vu le film. Je pensais que les deux allaient être semblables mais en fait pas du tout. Le T1 est pas mal, mais on passe trop de temps avec l'apprentissage des pouvoirs. Je veux bien que ce soit important et que David ne va pas tout maîtriser en 3 chapitres, mais une bonne moitié du livre, c'est trop long. Parce que du coup, on va trop vite sur la fin et c'est dommage.
Spoilers (surlignez) 
L'histoire avance vraiment quand David retrouve sa mère et qu'elle meure dans un attentat parce que cela lui donne une bonne raison d'utiliser ses pouvoirs pour traquer les terroristes.

En revanche le T2 est beaucoup plus rythmé. Les chapitres sont alternés : on passe du point de vue de David au point de vue de Millie. L'histoire est beaucoup plus prenante. En bref, j'ai préféré le T2 par son rythme, sa structure et surtout son histoire. David a évolué et doit faire face à une vraie menace. Une menace autre que "je ne dois pas être vu". Et c'est ce qui rend ce deuxième tome vraiment bien.
Il y a de véritables enjeux dans l'histoire, et ceux dès le début du tome. Millie développe des pouvoirs semblables à ceux de David. Et elle doit apprendre à les maîtriser toute seule car son compagnon a été kidnappé par un organisme qui va chercher à la faire taire.

 Pour les tomes 3 et 4, je suis incapable de vous en parler car ils ne sont pas sortis en français. Et c'est totalement injuste !! Vu leur date de sortie, je ne pense pas que leur traduction soit une priorité et c'est bien dommage car je voudrais bien savoir ce qui arrive par la suite. Dans le fond, je m'étais attachée aux personnages et savoir qu'il y a une suite que je ne peux pas lire me désespère Je ne suis pas assez bonne en anglais pour les lire. Enfin je pourrais, mais ça me demanderait un effort de concentration trop important et je sais déjà que je n'irai pas jusqu'au bout.

Autre
Comme je l'ai dit, il y a eu un film adapté de l'histoire générale. Il ne correspond à aucun tome. Le concept est repris, ainsi que les personnages principaux.
Il y a également un tome hors série, Les Carnets de Griffin, qui se base sur un des personnages du film. Il est disponible en français.

jeudi 20 avril 2017

Le Nez, de Gogol

Le nez, Gogol


Résumé
Quelle humiliation pour le major Kovaliov de voir son nez se pavaner dans un uniforme de conseiller d'Etat !
Chef-d'oeuvre du réalisme fantastique, incroyable satire burlesque, Le nez, paru en 1835, est, pour Gogol, l'occasion de faire voler en éclats une société composée de pantins pour qui la fonction et l'uniforme sont le substitut universel de la vie.

Mon avis
Pour être bien honnête, je n'ai pas compris le principe du livre. L'histoire de base est assez simple. Kovaliov se réveille un beau matin sans son nez. Pourquoi pas. Jusque là ça va. Ce que je ne saisis pas, c'est qu'ensuite il va poster une annonce dans un journal local et qu'il croise son nez qui se promène dans la rue... Il va même lui parler. J'avoue, je ne comprends pas pourquoi. C'est vraiment trop bizarre pour moi. Je l'avais lu au collège, deux fois de suite sans comprendre, et je l'ai relu récemment, mais non, toujours pas. Il y a peut-être une métaphore cachée. Sûrement même. Mais je ne l'ai pas comprise. Alors si une bonne âme passe par là et peut m'expliquer le principe de la nouvelle, je suis preneuse !

Autre
Bien que le roman soit russe et non français, je n'ai pas mis le titre original car je ne le connais pas. Mais il doit être facilement retrouvable pour les puritains parlant russe.

Partials, de Dan Wells

Partials


Titre original : Partials

Résumé (du T1)
2076. La guerre contre les Partials, ces êtres génétiquement modifiés, a décimé la quasi-totalité de la planète. Quarante mille humains survivent sur l'île de Long Island sous la férule d'un Sénat autoritaire tandis que le virus RM reste sans antidote. Les nouveaux-nés vivent moins d'une journée, si ce n'est quelques minutes. La population déjà très éprouvé est désormais traumatisée par la loi espoir: toute jeune fille dès 18 ans, aura l'obligation de tomber enceinte.
Le combat de Kira Walker, étudiante en médecine, commence à cet instant. Ses ennemis ne sont pas les Partials mais le RM. Son obsession ne concerne pas la dérive fasciste du Sénat mais une folle hypothèse scientifique. Kira décide de suivre son intuition au risque de devenir une hors-la-loi ou que les Partials ne la tuent...

Mon avis
Il s'agit d'une trilogie. J'ai bien aimé mais sans plus. L'histoire est très intéressante et originale. On va de surprises en surprises, que ce soit pour la découverte de l'origine du virus à la solution pour créer le remède. L'évolution de Kira et de ses amis, les relations avec les Partials et la vision que l'on a d'eux, tout est très bien amené. Non, tout cela est vraiment très bien pensé. Mais, parce qu'il y a un mais, j'ai trouvé que c'était vraiment trop lent. Il y a des passages qu'on lit en apnée tellement le suspens est important, mais d'autre où l'on doit se forcer pour avancer et c'est vraiment dommage. Pour moi, ça fait perdre en qualité une trilogie pourtant très bien. Les personnages sont tous très bien définis, l'histoire générale est prenante, les solutions apportées sont à la fois originales et moralisatrices (mais dans un bon sens). Mais il y a certains passages, hélas longs, où je me suis ennuyée ferme. Ces trois livres valent la peine d'être lus, mais il faut avoir en tête qu'il ne faut pas se décourager si certains passages sont longs et lents.



dimanche 16 avril 2017

Inaccessibles, de Katharine McGee



Titre original : The Thousandth Floor

Résumé
Bienvenue à Manhattan, en 2118.
New York est à la pointe de l’innovation et du rêve. La ville est désormais une tour de mille étages où les plus aisés vivent à son sommet. Tout semble parfait, lisse et idéal. Jusqu’au jour où une jeune femme tombe du millième étage…
Meurtre ou accident ? Les suspects sont nombreux. La belle et riche Eris, qui découvre un secret familial terrible ? Rylin, qui travaille pour un garçon des étages supérieurs ? Watt, qui espionne tout le monde grâce à une IA qu’il a créée ? Leda, qui cache une addiction ? Ou Avery, la plus parfaite de tous, qui habite le penthouse du millième étage ? Entre soirées débridées, glamour et petits secret entre amis, la Tour aux mille étages va révéler ses mystères.

Mon avis
J'ai adoré ! Dès le départ, on sait que quelqu'un tombe de la tour, puis on repart deux mois plus tôt. Donc on ne sait pas qui est mort. On ne l'apprend qu'à la toute fin et on ne découvre qu'à ce moment là seulement s'il s'agit d'un meurtre, d'un accident ou d'un suicide. A travers tout le roman, on découvre la vie de 5 personnages différents. Chaque chapitre est raconté du point de vue d'un de ses personnages. Plus on avant dans l'histoire, plus on découvre que chacun a quelque chose à cacher. Et chacune de leurs actions va les mener jusqu'au millième étage. Chacune de leurs actions aura un impact plus ou moins direct sur la vie des autres. Et au final, tout s’imbrique pour les conduire jusqu'à la mort d'une des leurs. 
Si j'ai un reproche à faire au livre, c'est que cette histoire de tour n'est pas claire. Elle n'est pas clairement définie et je me suis demandée presque tout le long à quoi elle correspondait. Est-ce qu'elle représente tout New York ou seulement Manhattan ? Est-ce que le monde entier est construit de la même façon (une tour dans chaque grande ville) ? Est-ce que les avancées technologiques de la tour (comme les lentilles connectées) sont présentes partout ailleurs ? Au final, si j'ai bien compris, il n'y a que Manhattan dans cette tour (à un moment on parle de Brooklyn qui fait la gueule à cause de l'ombre de la tour).  Mis à part cette zone de flou, je n'ai rien à en redire.
Même si le premier tome aurait pu suffire, il y aura une suite. Elle sortira durant l'été 2017 aux USA, donc fin 2017 début 2018 en France.

lundi 10 avril 2017

Les trois mousquetaires, d'Alexandre Dumas

Les 3 mousquetaires


Résumé
Aux trois gentilshommes mousquetaires Athos, Porthos et Aramis, toujours prêts à en découdre avec les gardes du Cardinal de Richelieu, s'associe le jeune gascon d'Artagnan fraîchement débarqué de sa province avec pour ambition de servir le roi Louis XIII.
Engagé dans le corps des mousquetaires, d'Artagnan s'éprend de l'angélique Constance Bonacieux.
En lutte contre la duplicité et l'intrigue politique, les quatre compagnons trouveront en face d'eux une jeune anglaise démoniaque et très belle, Milady, la redoutable espionne du Cardinal.
D'Artagnan seul échappe à ses agents. Mais rapportera-t-il à temps à la Reine de France, Anne d'Autriche, les ferrets qu'elle a remis à son amant, le duc de Buckingham?
Chef-d’œuvre d'Alexandre Dumas et modèle de roman historique, "Les trois mousquetaires" demeure un des livres les plus lus dans le monde entier.

Mon avis
Malgré le style un peu vieillot, l'histoire est très plaisante à lire. Bon, après, il faut avouer que j'aime les combats à l'épée et les mousquetaires, donc ça aide. Ayant de bonnes bases à l'escrime, je voyais parfaitement comment se déroulaient les combats. Mais pour des personnes ni connaissant rien, je pense que ça peut un peu rebuter des descriptions très détaillées avec le nom des attaques et des parades. Bon, après, faut juste s'y faire, surtout qu'il n'y a pas que des combats. L'histoire est très bien rythmée et même si la fin est connue, on est quand même happé pour tous les évènements. 
Chaque personnage est parfaitement bien défini, tant sur le plan physique que psychique. Ils ont tous leur propre histoire qui a fait ce qu'ils sont aujourd'hui (enfin quand je dis aujourd'hui c'est aujourd'hui dans le livre hein, faut suivre). Si les méchants sont vraiment méchants, les gentils eux sont plus complexes. Ils ne sont pas parfaits, ce qui en fait de vrais héros, avec leurs qualités et leurs défauts. Les méchants eux sont décrits de telle sorte qu'il est difficile de les soutenir.

Autre
Il y a énormément d'éditions, dont certaines "simplifiées" pour les plus jeunes. Personnellement, j'ai une vieille édition illustrée, découpée en 2 tomes.
L'histoire a été adaptée de nombreuses fois en série TV ou en film.
Il y a une suite aux Trois Mousquetaires, intitulée 20 ans plus tard.

jeudi 6 avril 2017

Traqué, d'Andrew Fukuda

traqué


Titre original : The Hunt

Résumé (du tome 1)
« À dire vrai, je ne pense pas qu’il reste un seul d’entre nous. À part moi. Voilà ce qui arrive quand on est un mets délicat. Une drogue dure. L’espèce s’éteint. »

Gene est l’un des derniers humains sur Terre. Le seul moyen de survie pour cet adolescent : se faire passer pour l’un de ses prédateurs. Ne pas rire, ne pas transpirer, ne pas montrer qu’il est un humain, un « homiféré ».
Cela fait dix-sept ans qu’il vit secrètement parmi ceux qui n’hésiteraient pas à le tuer s’ils découvraient sa véritable identité. Malgré tout, Gene est parvenu à se fondre parmi ces « autres » et à créer un semblant de vie normale. Mais sa routine est bouleversée, et sa sécurité, menacée, le jour où il est sélectionné pour participer au grand jeu : la Traque. Toutes les décennies, le gouvernement organise une immense chasse où seule une poignée de privilégiés peuvent pister, abattre et dévorer les rares humains survivants gardés en captivité pour l’événement. Formé à l’Institut pour traquer ses semblables, Gene est sur le qui-vive. Car désormais, sa vie s’organise en meute avec les chasseurs, et le moindre faux pas pourrait trahir sa condition et lui être fatal. Parviendra-t-il à maintenir l’illusion, alors que les soupçons sur sa vraie nature s’alourdissent ?
Gene a la rage de vivre… mais vaut-elle le prix de son humanité ?

Mon avis 
Il s'agit d'une trilogie. L'histoire de base est très bonne. Déjà d'une part, voir comment Gene fait pour survivre tout seul au milieu des "autres". Et d'autre part, comment sous les yeux de la télévision, en enchaînement les interview, comment il va réussir à cacher sa vraie nature. Tout au long de l'histoire, on en apprend plus sur la vie de Gene. Pourquoi s'est-il retrouvé seul, comment il a appris à survivre et se cacher. Et surtout, la situation sur Terre. Comment les humains ont-ils disparu pour laisser place aux "autres", pourquoi ils sont traqués. J'ai beaucoup aimé cette trilogie. Gene est assez attachant comme personnage. Il y a deux reproches que je peux faire cependant. Certains personnages, pourtant principaux sont assez énervants et à la fin on n'obtient pas toutes nos réponses. Je veux dire par là que certaines questions sont soulevées, comme par exemple "est-ce que tel personnage à réussi à s'enfuir et est en sécurité". On ne le sait pas. Mais si on oublie ça, la trilogie vaut vraiment le coup d'être lue et gagne à être connue. Pour finir, je dirai que ceux qui ont aimé la trilogie de l'Epreuve (de J. Dashner) aimeront probablement cette trilogie. Même si les enjeux sont différents et si les personnages n'ont absolument le même caractère, la construction de l'histoire et des tomes est assez semblables.
Spoilers (surlignez)
En effet, dans les deux séries le tome 1 correspond à la situation où les personnages sont prisonniers et cherchent à s'échapper, le tome 2 correspond à la longue fuite/course avec des amis qui meurent sur la route et le tome 3 correspond à l'arrivée dans la ville présumée sûre pour les héros mais en fait pas tant que ça.


lundi 3 avril 2017

La chambre des dames, de Jeanne Bourin

la chambre des dames


Résumé
Jamais le Moyen Age n'avait encore inspiré un tel roman, chronique chaude et familière d'une famille vivant au XIIIème siècle, dans le royaume de Saint Louis.
Ce roman n’est pas un roman historique au sens habituel du terme. C’est un roman dans l’histoire. Jeanne Bourin y conte l'existence quotidienne des Brunel, orfèvres à Paris, surtout celle des femmes et, tout particulièrement, de deux d'entre elles : Mathilde, la mère, trente-quatre ans, et Florie, sa fille, quinze ans, qui se marie. Tout semble tranquille, assuré. Rien ne l'est car une folle passion et des événements dramatiques vont ravager la vie des Brunel.

Mon avis
C'est ma mère qui m'a mis ce livre entre les mains. Un roman historique où il ne semble y avoir que des histoires d'amour, ce n'est vraiment pas ma tasse de thé (oui bon, d'accord, j'aime orgueil et préjugés). Pourtant, j'ai bien aimé. Je ne dis pas que je l'ai dévoré d'un bout à l'autre, mais je ne me suis pas forcée pour faire plaisir à ma mère. J'avais dès le départ des a priori qui se sont avérés faux. Non les femmes de sont pas prudes et non, dans une famille bourgeoise les femmes ne restent pas à la maison. On peut suivre le quotidien de cette famille comme on pourrait suivre le quotidien de nos voisins. Quoique non, n'espionnez pas vos voisins. Mais vous m'avez comprise. On finit par s'attacher à ces personnages. Entre Mathilde, la mère, qui s'inquiète énormément pour ses enfants et qui regrette que son mari soit impuissant et Florie qui repousse du mieux qu'elle peut les avances du cousin de son mari, on pourrait croire que l'histoire se déroule de nos jours. En revanche, il y a un personnage que je n'ai vraiment pas aimé, et hélas pour moi, il est central. Il s'agit de Guillaume, le cousin du mari de Florie. Il n'a aucune morale et sème le malheur autour de lui pour atteindre son but. Il n'essaye pas de se contrôler. Non, il veut juste avoir Florie pour lui. Et c'est assez désolant.
Le cadre historique est très bien documenté, tout est parfaitement décrit (pour ce que j'en sais, je ne suis pas une médiéviste).

Autre
Le livre a été adapté en série télévisée en 1984. Il y a au total 10 épisodes.

jeudi 30 mars 2017

Les Rivières Pourpres, de Jean-Christophe Grangé

les rivières pourpres


Résumé
Un cadavre, horriblement mutilé, suspendu entre ciel et terre dans les montagnes de la région grenobloise.
Une tombe, celle d'un petit garçon, mystérieusement « visitée » pendant la nuit, cependant que les dossiers le concernant disparaissaient de son école.
Deux énigmes, que vont s'attacher à résoudre deux flics hors normes : Pierre Niémans, policier génial, dont les méthodes peu orthodoxes ont compromis la carrière. Et Karim Abdouf, l'ancien délinquant devenu flic, dont la couleur de peau et les dreadlocks suscitent plutôt la défiance dans le trou de province où on l'a nommé…
Les deux affaires vont se rejoindre, et les deux hommes se reconnaître. Ensemble, ils vont remonter vers le terrifiant secret des rivières pourpres. 

Mon avis
Encore un Grangé. L'histoire se passe dans ma région, MOUHAHAHA *fierté*
Vous allez peut-être vous dire "ouais, c'est bon, j'ai vu le film", mais non ! Déjà la fin est totalement différente.  Et l'histoire est mieux construite, mieux amenée et mieux expliquée.
L'histoire en elle-même est vraiment originale et captivante. Au début, j'avais du mal à voir pourquoi et comment les deux enquêtes étaient liées, et surtout comment ces deux flics, aux caractères totalement différents, allaient pouvoir s'entendre. Et pourtant ! Plus on avance dans l'histoire, plus on peut observer les déviances abjectes de l'Être Humain. Jusqu'où il est prêt à aller pour atteindre son objectif et ses idéaux. En plus, il faut bien admettre que les cadavres ne sont pas trop dégueus donc ça va (parce que oui, Grangé c'est rarement soft). Mais une fois encore je vous conseille vraiment le livre.

Autre
Comme je vous l'ai dit, le livre a été adapté en film en 2000 avec J. Reno et V. Cassel. Il y a même eu une suite (non adaptée d'un livre).

mercredi 29 mars 2017

Le labyrinthe, de James Dashner

le labyrinthe


Titre original : The maze runner 

Résumé (du T1)
Quand Thomas reprend connaissance, sa mémoire est vide, seul son nom lui est familier... Il se retrouve entouré d'adolescents dans un lieu étrange, à l'ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un labyrinthe peuplé de monstres d'acier. Chaque nuit, le plan en est modifié.
Thomas comprend qu'une terrible épreuve les attend tous. Comment s'échapper par le labyrinthe maudit sans risquer sa vie ? Si seulement il parvenait à exhumer les sombres secrets enfouis au plus profond de sa mémoire...

Mon avis
Tout d'abord, il faut s'avoir qu'il s'agit d'une trilogie (plus un préquel). La trilogie s'intitule L'Epreuve (The Scorch Trials).
J'ai beaucoup aimé cette trilogie. J'avais l'habitude des dystopie avec une héroïne, donc là ça me changeait. Les personnages sont dans l'ensemble assez attachants. Le récit est très bien rythmé, alternant action, suspens et explication.
J'ai beaucoup aimé les deux premiers tomes, mais j'ai moins aimé le troisième.

Attention, spoilers pour mon avis tome par tome
Le tome 1 était tout simplement captivant. La découverte du camp, des autres garçons, du labyrinthe et des dangers qu'ils renferment. On découvre tout en même temps que Thomas. Il doit aussi faire avec ses souvenirs. Puis arrive Thérésa qui elle aussi a quelques vagues souvenirs de leur vie d'avant et de WICKED. Du début à la fin, avec leur sortie du labyrinthe, j'étais totalement happée par l'histoire.

Le tome 2 était tout aussi prenant, avec la réunion des deux groupes. Quand on leur apprend qu'ils sont peut-être contaminés par la même maladie qui a ravagé la population terrestre, un froid est jeté. Qui est vraiment contaminé ? Qui est porteur sain et qui ne l'est pas ? Une course commence alors, car pour avoir la réponse et pour avoir un potentiel remède, ils doivent traverser toute une terre désertique, peuplée de survivants et de gens atteints (donc très dangereux). Mais leur groupe est à nouveau séparé. Et là, une nouvelle question se pose. WICKED est-il réellement bon ? Ce que j'ai aimé dans ce tome, outre la longue course contre la montre, c'est la divergence d'opinion entre Thomas et Thérésa. Avant leur passage dans le labyrinthe, tous deux croyaient en WICKED. Mais après, alors que Thérésa continue de les soutenir, Thomas lui se range du côté de ses amis et dénonce leurs méthodes. C'était vraiment intéressant de voir comment en effaçant leur mémoire et en découvrant d'un œil neuf les activités de WICKED leurs avis divergent. On y découvre de nouveaux personnages. Certains vont aider Thomas et ses amis, d'autres non. Certains personnages auront de l'importance par la suite.

Le tome 3 était moins palpitant. L'annonce de la mort prochaine de Newt est très triste. Surtout quand il demande à Thomas de le tuer avant qu'il ne se transforme en monstre comme n'importe quelle autre personne contaminée. J'ai trouvé que l'histoire de ce tome tournait un peu en rond. Le récit était moins rythmé, plus fouillis. J'avais l'impression que l'action était coupée en plein milieu à chaque fois. On passe d'un lieu à l'autre dans la ville. On va parler à un personnage, puis un autre. Au final, l'action était moins prenante. En revanche, un des points positifs à ce tome c'est que c'est là que les relations entre les personnages finissent de se lier ou de se défaire. A l'issue de l'histoire, il n'y a plus de doute de qui est avec qui, qui soutient qui. On obtient la réponse au mystère WICKED. 

Autre
La série est adaptée au cinéma. Pour le moment il y a déjà deux films.

dimanche 5 mars 2017

Harry Potter, de JK Rowling

harry potter

Titre original : Harry Potter

Résumé (du T1)
Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l'emmener à Poudlard, une école de sorcellerie !
Voler en balai, jeter des sorts, combattre les trolls : Harry Potter se révèle un sorcier doué. Mais un mystère entoure sa naissance et l'effroyable V..., le mage dont personne n'ose prononcer le nom. 

Mon avis
Je ne vais pas vous mentir, j'ai grandi avec Harry Potter. Mais vraiment. J'ai dévoré tous les tomes, je les ai lu dans des langues autres que le français, j'ai tapissé ma chambre avec des posters HP. J'ai aussi rencontré des gens formidables grâce à cette série. Mais maintenant en grandissant, je regrette de perdre la magie des premières fois. J'ai beau les relire, je ne retrouve plus mon premier engouement. Et c'est triste. Il faudrait que tous les enfants puissent essayer le lire les livres au lieu de se contenter uniquement des films.

Autre
Il y a eu 8 films adaptés des 7 livres, plus une nouvelle saga spin-off sur les animaux fantastiques.







Le serment des Limbes, de Jean-Christophe Grangé

le serment des limbes


Résumé
Quand Mathieu Durey, flic à la brigade criminelle de Paris apprend que Luc, son meilleur ami, flic lui aussi, a tenté de se suicider, il n’a de cesse de comprendre ce geste.
Il découvre que Luc travaillait en secret sur une série de meurtres aux quatre coins de l’Europe dont les auteurs orchestrent la décomposition des corps des victimes et s’appuient sur la symbolique satanique. Les meurtriers ont un point en commun : ils ont tous, des années plus tôt, frôlé la mort et vécu une « Near Death Experience ».
Peu à peu, une vérité stupéfiante se révèle : ces tueurs sont des « miraculés du Diable » et agissent pour lui. Mathieu saura-t-il préserver sa vie, ses choix, dans cette enquête qui le confronte à la réalité du Diable ?

Mon avis
Ça a été mon tout premier Grangé (merci M'man). Et franchement, c'tait dégueu. Ne vous méprenez pas, hein ! J'ai adoré !
L'histoire se met en place lentement mais sûrement. Au début, je me demandais si tout allait être lié ou si certains faits n'allaient pas avoir de grandes incidences pour la suite. Au fil de ses rencontres, Mathieu va de plus en plus rencontrer le Mal (oui avec un grand M) et c'est ce qui est totalement captivant. Cette quête du Mal est l'une des grandes thématiques de Grangé et elle est omniprésente ici. Il faut savoir que ce tome s'inscrit dans sa trilogie sur le Mal (avec La Ligne noire et La Forêt des Mânes). Pourquoi ces personnes ayant eu une NDE disent agir pour le Diable ? Que doivent-ils faire ? Tout en essayant de comprendre et de répondre à ces questions, Mathieu d'apercevra que le Mal rode autour de lui et que s'il ne fait pas très attention il pourrait devenir la prochaine victime...

En résumé, l'histoire est géniale et fascinante, mais la description des cadavres est vraiment... Trop détaillée. Les gens ne sont pas gentiment laissés dans leur canapé après avoir pris une balle dans le nez.Donc à moins que vous ne soyez hypersensibles et que vous détestiez le gore et voir la moindre goutte de sang, je vous conseille ce livre. C'est un très bon polar, quoique un peu sombre.

lundi 23 janvier 2017

Rebelles, d'Anna Godbersen

Rebelles


Titre original : The Luxe

Résumé (du T1)
Des filles rebelles dans des robes sublimes font la fête jusqu'à l'aube. Des garçons irrésistibles aux sourires machiavéliques ont des intentions suspectes. Mensonges, secrets et scandales. Nous sommes à Manhattan... en 1899.

Mon avis
J'ai d'abord acheté le premier tome parce que j'aimais bien la couverture (il m'en faut peu). Puis j'ai très vite accroché à l'histoire et à ses personnages. On voit bien que derrière toute leur fortune et leur éducation parfaite, les filles ne le sont absolument pas. Elles ont chacune au moins un grand secret à cacher et c'est vraiment bien de voir comment elles arrivent à passer pour des modèles de perfection.  J'ai vraiment eu de la peine pour Elizabeth quand on lui annonce qu'elle va devoir épouser Henry pour sauver sa famille de la ruine alors qu'elle en aime un autre. Elle ne sait tellement pas dire non...
En revanche je trouve que Penelope et Lina ne sont absolument pas attachantes. Les deux ont des hautes opinions d'elles mêmes. La première est une fille pourri-gâtée totalement méprisante, l'autre a les dents qui rayent le parquet et serait prête à tuer pour se faire une place dans la société. De plus, deux des personnages principaux, Elizabeth et Diana, me faisaient vraiment penser à une amie et à sa petite sœur. L'une est douce et fait tout pour coller aux attentes de ses parents tandis que l'autre est plus rebelle. Si je dois faire un reproche à la saga, c'est qu'elle s'essouffle un peu sur la fin. Ça devient long et on a envie d'en finir.
Il s'agit d'une saga en 4 tomes.

Ombres sur Venise, de Jean Giraud

ombres sur venise



Résumé
Dans Venise, la plus fabuleuse ville du monde qui attire chaque année des centaines de milliers de touristes éblouis, la terreur a cédé la place à l'émerveillement. Les disparitions inexplicables se multiplient. Les cadavres horriblement mutilés s'accumulent. Un sociopathe dément a juré de faire payer à la Sérénissime l'affront qu'elle lui a infligé. Pour mener à bien son horrible vengeance il peut compter sur l'aide de « complices » encore plus redoutables que lui, de véritables monstres surgis du passé et qui sèment la mort dans leur sillage. Saint-Priest et ses amis parviendront-il à identifier la terrible menace et à la neutraliser...

Mon avis
Au début, j'ai eu un peu de mal à accrocher à l'histoire. Il m'a fallut du temps pour m'habituer à chaque personnage (même s'il n'y en a pas 10000), à leur caractère et à la façon dont le récit est compris. Puis après, impossible de lâcher l'histoire. Plus les protagonistes avancent dans leur enquête, plus ils comprennent que les véritables assassins ne sont pas des hommes mais des bêtes, et j'ai parfaitement bien ressenti cette angoisse. Ce qu'il y a de vraiment bien, c'est que le roman mêle habilement enquête policière et fantastique. La frontière est souvent mince entre les deux dans d'autres romans, mais là, pour une fois elle n'existe pas. Le changement est très agréable